• Marie Bartoleschi

Inhiber l'intensité de son feu


La plupart du temps nous sommes terrorisés par notre propre énergie vitale car nous avons cette appréhension qu'elle nous submerge et nous échappe.


Nous éteignons notre intensité de peur qu'elle nous brûle. Mais en faisant cela, nous allons contre notre nature profonde et nous dépensons une énergie phénoménale pour inhiber qui nous sommes.


Lorsque l’on porte en soi une forme d’intensité, quelle qu'elle soit, un des grands challenges qui est le nôtre est de trouver un équilibre.


J’ai souvent été dans les polarités extrêmes et les excès, passant de l'inhibition à la puissance qui s'exprimait sans maîtrise et qui finissait par me brûler littéralement. L’inhibition est un de mes mécanismes de défense de prédilection.


Aujourd’hui, trouver cet équilibre passe par la connaissance de moi-même et notamment l’identification de cette tendance inconsciente chez moi à m’inhiber, à éteindre ma puissance personnelle. Mettre de la conscience sur ce mécanisme de défense me permet de m’en libérer pour trouver mon point d’équilibre.


Désormais, il y a des signes caractéristiques pour reconnaitre si je suis en train de m'inhiber :

  • Je ressens une véritable fatigue. Comme si je roulais avec le frein à main en permanence. Je peux presque ressentir que j'abîme mon moteur.

  • Je ressens un bouillonnement interne. C'est comme quelque chose qui pousse de l’intérieur pour s’exprimer. J’ai l’impression d’être une cocotte-minute sur le point d’exploser.

  • Je m’adapte à mon environnement. Je fais mon petit caméléon afin de ressembler à ce que j’observe être la norme

Je m'interroge alors sur ce que je cherche à étouffer pour identifier ce qui demande à s'exprimer chez moi. Cela me demande de regarder aussi contre quoi je sacrifie cette expression. Parfois, je fais la transaction de cette énergie vitale en moi contre de la sécurité, de l'amour, de la tranquillité... Par exemple, je peux tamiser mon intensité pour correspondre à ce qu'attend une personne. En mettant ma clarté sur cette transaction, je prends pleinement conscience du coût que cela représente pour mon être.

Je garde à l’esprit à chaque fois que je refuse ce chemin que je fais un pas de plus vers cette aspiration de mon âme à ne plus jamais s’éteindre elle-même. Je prends conscience de ma responsabilité d’entretenir ce feu vivant en moi plutôt que l’étouffer.

Et vous, arrivez-vous à reconnaitre quand vous êtes en train de vous inhiber, de taire votre puissance par peur de vous laisser déborder par votre intensité ?

Posts récents

Voir tout