• Marie Bartoleschi

Notre peur la plus profonde



"Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas à la hauteur. Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute limite. C’est notre propre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus". Nelson Mandela

La plupart du temps nous sommes terrorisés par notre propre puissance car nous avons cette appréhension qu'elle nous submerge et nous échappe.


Nous éteignons notre intensité de peur qu'elle nous brûle. Il y a dans cette croyance, je pense, une réalité tant nous pouvons nous abîmer dans cet espace, si cette intensité se nourrit de nos compulsions et de nos carences.

Mais en faisant cela, nous allons contre notre nature profonde et nous dépensons une énergie phénoménale pour inhiber qui nous sommes.

J’accompagne l’intensité de façon générale et je vois beaucoup d’hypersensibles, de haut-potentiels, d’autistes aspergers qui sont totalement déstabilisés par leur difficulté à trouver leurs limites. Plus que les autres personnes, il leur faudra du temps pour expérimenter l’étendue de leurs potentiels et les infinies possibilités qui sont les leurs. Il en résulte une sorte de sentiment de vertige et de profondeur abyssale source d'anxiété.

Nous avons tous besoin de nous sentir contenus et englobés pour nous considérer en sécurité. Le stress vient de l'idée qu'il y a un décalage entre ce que nous vivons et les ressources sur lesquelles nous pouvons nous appuyer pour y faire face.

C'est en travaillant notre solidité intérieure que nous pouvons nous sentir suffisamment stables pour nous autoriser à laisser grandir notre puissance personnelle sans limites. Nous avons alors foi en nos ressources pour la contenir et la canaliser sainement.


C'est à ce moment là que nous pouvons vivre pleinement et entièrement !



11 vues

Posts récents

Voir tout