• Marie Bartoleschi

Murmurer à l'oreille des défensives

Dernière mise à jour : 3 déc. 2020


J’ai longtemps cherché ma coloration d’accompagnant, ce qui était ma contribution à apporter en ce monde. Je l’ai d’abord cherchée dans les outils et les pratiques dans lesquelles je sentais être dans mon plein potentiel. Puis, je me suis interrogée sur les personnes avec qui je voulais travailler. J’ai trouvé beaucoup de réponses et de moyens d’aller à la rencontre de mes clients d’âme. Et pourtant, je ne touchais pas à l'essentiel.


Aujourd'hui, je la trouve dans l’essence même de ce que j’apporte à mes clients. Je crois que fondamentalement mon art réside dans ma capacité a murmurer à l'oreille des défensives de mes clients les plus ancrées, de toucher avec douceur les carapaces les plus rigides. Lorsque cela arrive je suis toujours profondément émue de voir les défensives les plus virulentes lâcher les armes avec soulagement. C’est comme si j’entendais le bruit de ces lourdes armes s'écraser sur le sol. Et là, le processus de guérison peut enfin commencer.

La tentation peut être grande de rentrer de façon frontale dans ce qui résolument est dans le chemin du déploiement de l'être. Mais ce ne sera pas sans conséquence : le système se renforce et la carapace se rigidifie.


Ces parts protectrices n’ont d’autre raison exister que de protéger les parts blessées. C’est leur unique but et elles ne lâcheront pas prise comme cela. Plus nous forçons, plus nous déclenchons une force de résistance équivalente. Et pourtant, il y a un espace où nous pouvons les toucher avec justesse et efficacité : la compréhension de leur rôle et la reconnaissance du magnifique travail de protection qui a été le leur. Lorsque je vois émerger une de ses parts pendant une séance, je sais que je suis face à une force qui m’empêche d’aller guérir avec mon client sa blessure profonde. Et pourtant, c’est dans cet espace que je vais prendre le plus mon temps et que je vais être la plus délicate. Sans la collaboration de la part protectrice, je sais que jamais je ne mettrais un pied dans le processus de transformation et de guérison.


Finalement, nos parts les plus récalcitrantes ont aussi celles qui attendent depuis si longtemps d’aider et d'être aidées. Ces parts, bien souvent mal aimées, attendent juste que nous leur parlions avec justesse et amour pour enfin prendre du repos.

43 vues

Posts récents

Voir tout