• Marie Bartoleschi

L’enfant instrumentalisé




En tant qu’accompagnante, je me suis spécialisée dans la prise en charge des personnes en mode survie au quotidien. Cela m’amène à accompagner assez souvent des clients qui ont été instrumentalisés lorsqu’ils étaient enfants. Ils ont été utilisés en tant qu’enfant pour répondre aux besoins de leur parent sous différentes formes (sécurité, affection, valorisation…). L’ordre naturel des choses est ainsi inversé et l’enfant est appelé à devenir le parent de son parent, le tuteur qui lui permet de rester debout face à l’adversité.


Finalement, ils se développent en devenant des êtres hypothéqués qui n’ont pas le sentiment d’exister pour ce qu’ils sont mais bien pour ce qu’ils apportent à l’autre.

Cette instrumentalisation amène ces enfants à se construire autour de la honte de ce qu’ils vivent ou de ce qu’ils sont. Ils grandissent autour d’un vide identitaire si souffrant pour eux qu’ils le fuient. Afin de ne pas montrer leurs êtres si honteux, ils finissent par construire un personnage qui évolue au gré des attentes des autres encore et encore.


Il y a derrière ce comportement l’idée que s’ils répondent aux attentes de leurs environnements, personne ne verra le vide de leurs existences et qu’ils seront aimés. Ils perpétuent une sorte de course effrénée à combler l’autre.


Au cœur même de la honte, il y a cette peur d’être démasqué. Ils perçoivent avec souffrance ce vide identitaire qu’ils considèrent comme anormal. Ils sont baignés par la peur d’être vus comme ceux qui ont été chosifiés.


Une double dynamique pourra alors prendre place dans leurs relations. `

Ils reproduiront d’un côté avec leur entourage la façon dont ils ont été éduqués en utilisant inconsciemment les autres pour assouvir leurs désirs. Cela les entrainera à perdre certaines relations et à ne pas obtenir ce qu’ils désirent tant : un amour sain et nourrissant.


D’un autre côté, ils auront une grande tolérance à toutes les relations où l’autre viendra se servir auprès d’eux sans donner en retour. C’est une porte grande ouverte aux relations toxiques.


Mettre de la lumière sur ces dynamiques de honte et d’instrumentalisation qui maintiennent la personne dans son vieux pattern est la première étape pour se construire une véritable identité. Elle pourra alors s’autoriser pleinement à vivre des relations équitables et nourissantes.

1 vue

Posts récents

Voir tout